HomeMagazineListingsUpdateLinksContexts

 


 Ballet.co Postings Pages

 Some Special Threads:
  GPDTalk about George Piper Dances ! NEW !
  NBTTalk about Northern Ballet Theatre
  SBTalk about Scottish Ballet
  ENBTalk about English National Ballet
  BRBTalk about Birmingham Royal Ballet
  TodaysLinks - worldwide daily dance links
  Ballet.co GetTogethers - meetings and drinks...

  Help on New Postings


Subject: "POB - Roméo et Juliette - 15/06/2001" Archived thread - Read only
 
  Previous Topic | Next Topic
Printer-friendly copy     Email this topic to a friend    
Conferences What's Happening Topic #1781
Reading Topic #1781
Catherine

17-06-01, 02:56 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
"POB - Roméo et Juliette - 15/06/2001"
 
  
L'Opéra affiche pour la fin de saison la reprise de Roméo et Juliette. La production relookée en 1995 par Ezio Frigerio rappelle plus les fastes florentins que Vérone, mais qu'importe, la production est magnifique et ce soir la distribution était splendide.
La chorégraphie de Rudolf Noureev met en valeur à la fois les solistes et le corps de ballet, il a complètement assimilé la pièce de Shakespeare dont il suit adroitement la trame.
Le corps de ballet est merveilleusement utilisé que ce soit en serviteur où on remarque particulièrement Cyril Fleury en Capulet "principal" et Jean-Christophe Guerri en Montaigu "principal". Seule réserve, il doit y avoir déjà pas mal de blessés dans le corps de ballet car Juliette n'évolue lors du bal qu'avec quatre couples d'amis au lieu de six.
Noureev a su utiliser des images presque cinématographiques pour donner de la tension à son ballet en particulier, la ronde de tous les habitants de Vérone lors de la mort de Mercutio, ou le pas de quatre avec Paris et ses parents où Juliette s'échappe par la pensée à ceux-ci, de même que toute la scène où Frère Laurent évoque l'effet du poison. A noter que Muriel Hallé était cantonnée ce soir au rôle de doublure de Juliette.

Pour ses dernières Juliette, Fanny Gaïda nous offre une performance inoubliable, elle a une fraicheur qui nous fait totalement oublier qu'elle va partir à la retraite le 26 juin prochain. Elle est gamine au premier acte et sait, par sa manière de bouger, évoquer une jeune fille de 14 ans, notamment par ses sautillements. Elle est sublime lors de la mort de Tybalt par son dramatisme qui s'accentue au dernier acte, lors de la scène où elle hésite entre poison et poignard. Elle est aussi lyrique dans la scène du rève et nous bouleverse lors de sa mort.
A ses côtés, Nicolas Le Riche est un Roméo juste et touchant, de plus il a totalement assimilé la technique, ses sauts sont parfaitements maitrisés, et il est un partenaire idéal pour Fanny. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été aussi parfait dans un rôle. De plus il était musical. Toutefois seul bémol, il serait blessé et n'assurerait peut-être pas ses prochaines performances.

Kader Belarbi campe un Tybalt félin et parfait, de même que Lionel Delanoé est toujours aussi excellent en Mercutio, il accentue un peu plus la vulgarité de celui-ci lors de la scène du bal et sa scène de mort est toujours aussi poignante. Christophe Duquenne est parfait en Benvolio et montre qu'il aurait pu être premier danseur tant sa danse ne dépareille pas de celle de Delanoé et Le Riche dans leur pas de trois du deuxième acte.

A noter la superbe performance de Stéphane Phavorin qui est un Paris idéal tant par son jeu que par sa danse. Il s'affirme complètement dans ce rôle par rapport à il y a trois ans. Par contre Isabelle Ciaravola malgré une technique magnifique et des arabesques penchées splendides, semble éteinte en Rosaline.

A noter dans les rôles secondaires, Bruno Bouché et Julien Meyzindi (qui remplaçait Nicolas Paul), Laurence Laffon, Marie-Solene Boulet en amis de Rosaline qui malgré leur technique manquent un peu de présence. Dans les quatre amis de Mercutio, on pouvait noter la présence d'Adrien Bodet aux côtés de Nicolas Noel, Alessio Carbone et Mallory Gaudion qui sont tous les quatre parfaits.

Bref une soirée superbe et qui nous fait regretter encore plus amèrement le départ, dans 10 jours, de Fanny Gaïda.



  Printer-friendly page | Top

Conferences | Topics | Previous Topic | Next Topic

 
Questions or problems regarding this bulletin board should be directed to Bruce Marriott