HomeMagazineListingsUpdateLinksContexts

 


 Ballet.co Postings Pages

 Some Special Threads:
  GPDTalk about George Piper Dances ! NEW !
  NBTTalk about Northern Ballet Theatre
  SBTalk about Scottish Ballet
  ENBTalk about English National Ballet
  BRBTalk about Birmingham Royal Ballet
  TodaysLinks - worldwide daily dance links
  Ballet.co GetTogethers - meetings and drinks...

  Help on New Postings


Subject: "SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001" Archived thread - Read only
 
  Previous Topic | Next Topic
Printer-friendly copy     Email this topic to a friend    
Conferences What's Happening Topic #1656
Reading Topic #1656
Catherine

12-05-01, 11:57 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
"SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001"
 
   LAST EDITED ON 13-05-01 AT 01:40 AM (GMT)

Ce soir avait lieu ce que les américains appellent chez eux l'Opening night de la série de représentations que le San Francisco Ballet donne à Paris du 12 au 19 mai. D'ailleurs le public pour la première de ce programme 1 était composé essentiellement d'américains. Curieux le manque d'intérêt des français pour une des meilleures compagnies de danse américaine du moment, c'est vrai que son nom n'est pas aussi prestigieux et renommé que l'ABT ou le NYCB, mais cette troupe est certainement bien meilleure à l'heure actuelle que l'ABT.
Cette soirée se voulait une sorte de panorama de la danse contemporaine aux USA, du néoclassique au contemporain. Ici point de Robbins ou de Balanchine, deux oeuvres de Thomasson, directeur de la compagnie, une de Julie Adam (principal du SFB) et pour terminer une oeuvre de Mark Morris.
La soirée s'ouvrait sur Prism, création 2000 de Thomasson pour le NYCB sur le concerto n°1 pour piano et orchestre de Beethoven. Cette oeuvre est très inspirée des chorégraphies de Mister B, trio, pdd et solo entrecoupés de danses pour le corps de ballet. Dans le premier mouvement on pouvait remarquer l'assurance de Kristin Long aux côtés de Guennadi Nedviguine et de Gonzalo Garcia, tous deux rivalisant de virtuosité. On pouvait noter un ensemble de trois garçons excellents techniquement (M. Eaton, M. Martin et J. Davis).
Dans une atmosphère de pénombre, le deuxième mouvement est centré sur un long pdd repris "en echo" par plusieurs couples entre ce soir Lucia Lacarra et Cyril Pierre. Quelle magnifique danseuse, jambes élancées, levers de jambes dignes de Sylvie Guillem, mais avec une grâce et un lyrisme supplémentaire, aux arabesques sublimes. Le troisième mouvement est plus consacré au solo de Joan Boada. Quelle déception, malgré une certaine virtuosité, son style est lourd et détonne quelque peu.
La deuxième partie s'ouvrait sur une oeuvre des plus originales. Chorégraphie de Julia Adam, Night sur une musique de Matthew Pierce frère de Benjamin Pierce (principal). Ce ballet se veut l'histoire d'une femme hantée par ses rêves. Il est intéressant de noter que Julia Adam s'est inspirée notamment de Martha Graham et des ses mouvements dans des bandeaux de tissus pour l'arrivée des trois femmes en chignon évoquant également les coiffures des interprètres de la célèbre chorégraphe, interprétées par Catherine Baker, Julie Diana et Leslie Young. Le ballet débute par un long pdd entre Tina LeBlanc, interprète magnifique par sa fragilité et sa sensibilité et Benjamin Pierce. Le ballet est une succession de tableaux, pdd, ensemble, évoquant tantôt la mer avec des danseurs évoquant soit la mer, soit des dauphins, ou des images plus cauchemardesques. La musique du dernier mouvement ressemble aux oeuvres de Steve Reich ou de Philip Glass. Le ballet est plein d'images fortes jusqu'au final où l'héroine est portée par tous les hommes qui hantent sa nuit. L'oeuvre est forte et semble beaucoup plus interessante chorégraphiquement que toutes les créations françaises, soit disant contemporaines. Mais il ne faut pas oublier que toute la danse contemporaine et néoclassique vient des USA et que les plus grands chorégraphes du XXe siècle sont américains que ce soit Balanchine, Robbins, Neumeier, Graham ou Forsythe. Julia Adam devrait présenter la saison prochaine sa nouvelle création. Un talent à suivre.
Chaconne pour deux danseurs sur une musique de Haendel, est une chorégraphie de Thomasson qui évoque irresistiblement les pdd de Robbins, avec leurs solos alternés, et leur adage. Joanna Berman montrait l'excellence de la technique de cette compagnie, rapidité, style et un certain "chic" dans sa manière de danser. A ses côtés Yuri Possokhov était sublime, solo à la manière de Diane et Actéon, mais en tee shirt et jean. Clin d'oeil au ballet classique, mais petit bijou.
La soirée se terminait sur Sandpaper, oeuvre de Mark Morris sur des musiques de Leroy Anderson, standards de la musique américaine tel sleigh ride, la "Machine à écrire" ou "Tipe writer". Ce ballet pour 25 danseurs est dansé par la plupart des principals et des solistes de la compagnie. La chorégraphie est assez originale dans sa construction, les danseurs réunis en phalange de 25,interprètent, duos, solos, trios, se séparent pour se reréunir en phalange. Tous sont vêtus de costumes verts et blancs identiques, sauf que les filles ont des jupettes. On pouvait noter notamment les prestations de Christopher Stowell dans le premier solo,(qui vient de faire ses adieux officiels au SFB), Kristin Long, ou encore Julie Diana avec peut-être Damian Smith, ou le pas de trois avec Muriel Maffre, le solo de Lorena Feijoo. Ce Ballet humoristique typiquement américain clôture par une note de gaieté cette soirée et montre l'excellent niveau de cette troupe que ce soit au niveau du corps de ballet ou des solistes et un répertoire original. L'accueil du public pourtant chaleureux aux trois premières oeuvres a été plus réservé à ce petit ballet sans prétention mais très bien interprété et agréable à voir.
A noter également l'excellence de l'orchestre Colonne sous la baguette d'Emile de Cou, chef d'orchestre atitré du SFB.
Dommage que les français ne soient pas plus curieux de découvrir une aussi bonne troupe.


  Printer-friendly page | Top

  Subject     Author     Message Date     ID  
  RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001 Maxime 13-05-01 1
     RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001 Catherine 13-05-01 2
  RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001 Renee Renouf 13-05-01 3
     RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001 Kevin Ng 13-05-01 4
         RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001 Estelle 13-05-01 6
             RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001 Catherine 13-05-01 7
     RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001 Catherine 13-05-01 5
  RE: SFB à Paris - 1er programme 13 mai 2001 Catherine 13-05-01 8
     RE: SFB à Paris - 1er programme 13 mai 2001 Catherine 14-05-01 9
  RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001 Catherine 14-05-01 10
     RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001 Maxime 15-05-01 11
         RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001 Catherine 15-05-01 12
             RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001 Estelle 15-05-01 13
             RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001 Estelle 15-05-01 14
                 RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001 Estelle 15-05-01 15
                 RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001 Catherine 15-05-01 16

Conferences | Topics | Previous Topic | Next Topic
Maxime

13-05-01, 00:28 AM (GMT)
Click to EMail Maxime Click to send private message to Maxime Click to add this user to your buddy list  
1. "RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001"
In response to message #0
 
   Mais il ne faut pas oublier que toute la danse contemporaine et néoclassique vient des USA et que les plus grands chorégraphes du XXe siècle sont américains que ce soit Balanchine, Robbins, Neumeier, Graham ou Forsythe.

Catherine,
J'aime beaucoup vous lire mais là je ne suis pas d'accord avec vous


  Printer-friendly page | Top
Catherine

13-05-01, 00:39 AM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
2. "RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001"
In response to message #1
 
   LAST EDITED ON 13-05-01 AT 01:48 AM (GMT)

Je me suis mal exprimée, j'aurai du préciser depuis un quart de siècle car je ne renie en aucune manière les apports de Lifar, Petit,ou Béjart.
La danse contemporaine moderne vient de France, mais je suis plus sensible à Robbins ou Forsythe qu'à Découflé, Gallotta, Duboc ou Marin. Le seul chorégraphe français que je trouve vraiment inventif et intéressant est sans doute Preljocaj.
Vous ne pouvez pas dire que Forsythe, Robbins, Balanchine, Graham ne sont pas des chorégraphes américains et qu'ils n'ont pas révolutionné la danse .

Ceci étant j'ai préféré Night à Nosferatu que pourtant je n'avais pas détesté, mais il y a plus d'idée et d'images fortes dans le premier ballet que dans le deuxième.
Sans doute n'avons nous pas la même notion de ballet contemporain ou moderne .


  Printer-friendly page | Top
Renee Renouf

13-05-01, 03:54 AM (GMT)
Click to EMail Renee%20Renouf Click to send private message to Renee%20Renouf Click to add this user to your buddy list  
3. "RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001"
In response to message #0
 
   Catherine, many thanks for such a prompt report on the San Francisco Ballet! Your appraisal is very fair, very factual, and I was able to follow most of it in my rather haphazard comprehension of my ancestral tongue. I was particularly interested in your appraisal of Joan Boada.

I look forward to reading your subsequent comments eagerly, in particular if you are able to see Vanessa Zahorian in Night as well as the different casts of Othello.

Again, many thanks.


  Printer-friendly page | Top
Kevin Ng

13-05-01, 04:25 AM (GMT)
Click to EMail Kevin%20Ng Click to send private message to Kevin%20Ng Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
4. "RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001"
In response to message #3
 
   Catherine, merci d'avoir ecris si rapidement vos impressions d' hier soir. Je suis pourtant curieux; pourquoi pensez-vous que SFB est meilleur que l'ABT? Vous avez vu sans doute la saison de l'ABT au Theatre des Champs Elysees en 1999. J'etais present moi meme et j'etais impressione.


  Printer-friendly page | Top
Estelle

13-05-01, 01:45 PM (GMT)
Click to EMail Estelle Click to send private message to Estelle Click to add this user to your buddy list  
6. "RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001"
In response to message #4
 
   Catherine, merci pour votre critique. Je suis encore plus impatiente de voir le spectacle de ce soir!

Quant aux "plus grands chorégraphes du 20ème siècle"... évidemment c'est subjectif, mais il ne faudrait pas oublier Ashton par exemple.


  Printer-friendly page | Top
Catherine

13-05-01, 03:48 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
7. "RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001"
In response to message #6
 
   A mes yeux, Lifar, Ashton, MacMillan sont "classiques". Ils ont fait des chefs d'oeuvre et je suis la première à l'admettre.

Je crois que ce que j'ai voulu dire c'est qu'en France la danse contemporaine ne s'oriente pas vers le néo-classique. Regardez les Bagouet, Marin, Decouflé, Duboc, Larrieu, Gallotta, etc. Les chorégraphes contemporains français dans l'ensemble ne savent pas utiliser les pointes par exemple à usage moderne, comme dans "Night" qui est pourtant une oeuvre très contemporaine, à l'inverse de "Prism" ou même de "Sandpaper ballet" plus "classiques" dans leurs formes.

Regardez Pietragalla dans Sacountala, elle s'inspire énormément de ce que Carlson fait, en mettant un peu de Découflé.

Je crois qu'il n'y a pas en France de grands chorégraphes "néo-classiques". Je ne sais pas ce que va donner la carrière de Jean-Guillaume Bart chorégraphe, mais je dirais que lui s'oriente vers ce répertoire moderne mais plus néoclassique. Toutes les compagnies classiques disparaissent petit à petit, regardez même Marseille s'enlise dans un répertoire contemporain, faisant un clin d'oeil au classique en ce moment. Seules subsistent comme troupes néo-classiques Bordeaux et Toulouse. Tous les autres centres de danses deviennent des centres de danses contemporaines modernes. Alors qu'aux USA, il y a quand même beaucoup de compagnies comme l'ABT, le NYCB, le SFB, le Pacific Northwest ballet, le Miami City ballet qui sont encore des compagnies de "répertoire" et les créations qui sont faites pour ces compagnies savent encore utiliser ce vocabulaire "classique" pour des créations modernes, car les danseurs sont capables de les faire. Ils savent aussi utiliser une musique d'abord plus agréable qu'en France. Je ne crois pas ces derniers temps que les chorégraphies modernes françaises aient enthousiasmé grand monde, regardez Orison, Rhapsody in blue (là, la musique est agréable mais la chorégraphie insipide), Yamm, Nosferatu.
Les chorégraphes américains ont un langage qui me plait sans doute plus.
Je crois qu'en France, les chorégraphes ont tendance à "intellectualiser" leurs oeuvres, ils ne savent pas faire des ballets pour la "joie de danser" comme "Sandpaper ballet". Je n'ai jamais été vraiment déçue par les oeuvres contemporaines américaines. J'avais beaucoup aimé lorsque le SFB était venu les Nanna's lieder de Thomasson, de même que le fameux In the Upper Room de Tharp avec l'Abt ou sa propre compagnie. Mais comme je l'ai dit, tout dépend aussi de ce que l'on considère comme "moderne" et "contemporain".


  Printer-friendly page | Top
Catherine

13-05-01, 11:10 AM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
5. "RE: SFB à Paris - 1er programme 12 mai 2001"
In response to message #3
 
   I must see six performances on seven about SFB ballet. I think I'll take place for the last one of Othello to see a second time Possokhov which look really good. I don't see again Yuan Yuan Tan but tonigh it will be made.


  Printer-friendly page | Top
Catherine

13-05-01, 10:46 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
8. "RE: SFB à Paris - 1er programme 13 mai 2001"
In response to message #0
 
   LAST EDITED ON 13-05-01 AT 11:36 PM (GMT)

Deuxième représentation du 1er programme :
Le SFB a eu la bonne idée de faire de multiples distributions qui permettent de découvrir tous les "principal" et "solistes" maison dans des rôles variés.
Dans Prism, le premier mouvement était dansé ce soir par Vanessa Zahorian entouré toujours de Guennadi Nedviguine et Gonzalo Garcia. Ce dernier danse magnifiquement bien et peut sans doute espérer passer principal sous peu. Dans le deuxième mouvement aux côtés de Yuan Yuan Tan, nous retrouvions notre transfuge de l'Opéra Pierre-François Vilanoba. Si Lacarra était magnifique, je ne sais quel mot utiliser pour Mlle Tan, elle aussi a de longues jambes et un pied extraordinaire et semble encore plus lyrique que Lucia Lacarra qui pourtant ne déméritait. Pierre-François Vilanoba a été un partenaire magnifique, avec le fameux "chic" de l'école française et une superbe musicalité. dans le troisième mouvement, nous retrouvions Joan Boada toujours égal à lui-même.
Night est vraiment un petit chef d'oeuvre et le revoir permet de découvrir de multiples détails ignorés la première fois. Notamment la musique qui au début évoque les boites à musique qui endorment et doivent suggérer la plongée dans le sommeil. Le cauchemar venant insinueusement en la personne de Benjamin Pierce, danseur "imposant" à la légereté exemplaire et au charisme certain. Toujours aussi magnifique Tina LeBlanc qui a créé le rôle semble le vivre intensément. Les tableaux sont magnifiques comme celui où j'avais évoqué hier des dauphins ou des vagues il semble aussi y avoir une voile. Les portés complètement renversés semblent évoquer aussi quelque somnambulisme. On a aussi l'impression que régulièrement l'héroine se réveille pour se rendormir jusqu'au fameux saut final.
Chaconne pour piano et deux danseurs était interprété ce soir par Joanna Berman encore plus sublime qu'hier soir, quelle vélocité, quelle lyrisme, elle évoque quelque peu Monique Loudières. A ses côtés Roman Rykine a le désavantage de passer après Yuri Possokhov danseur exceptionnel d'intensité et supporte difficilement la comparaison même si Rykine danse fort bien, sa technique est parfaite et sa musicalité également.
La soirée se terminait sur Sandpaper ballet, toujours aussi joyeux, quelques changements là encore nous permettait de découvrir Yuri Possokhov, danseur extraordinaire par son sens du mouvement, la force qu'il dégage de par sa danse et la décontraction liée au style du ballet, il remplaçait Damian Smith dans le fameux pdd aux côtés ce soir de Kristin Long qui remplaçait elle Julie Diana (somptueuse elle aussi dans Night). Le premier pdd était quand à lui interprété par Tina LeBlanc qui remplaçait Joanna Berman et Christopher Stowell, petit danseur à la batterie impeccable. Dans le pas de trois "à la tango", Lorena Feijoo, Muriel Maffre et Julia Adam étaient sublimes chacune dans leur style, Maffre plus lyrique, Feijoo plus jazzy.
La soirée dans l'ensemble a été mieux accueillie qu'hier soir notamment ce dernier ballet.
Il est heureux de constater que le SFB est vraiment une magnifique troupe et qu'elle possède de nombreux talents. Pour moi la découverte du jour reste Yuri Possokhov, très bon hier dans Chaconne mais qui évoluait dans un style classique alors que ce soir dans ce ballet typiquement américain, il crevait littéralement la scène.


  Printer-friendly page | Top
Catherine

14-05-01, 12:19 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
9. "RE: SFB à Paris - 1er programme 13 mai 2001"
In response to message #8
 
   Ce qu'il est important de noter c'est que tous les principals sont d'origines différentes et pourtant quel style, quelle unisson. On a l'impression que tous sont américains. ils ont en effet complètement assimilés la rapidité, la décontraction typiquement américaine.
je crois, Kevin, que c'est pour cela que le SFB est meilleur que l'ABT, nous ne voyons pas une série de principals chacun avec leur style différent devant une compagnie. Tous dansent identiquement. c'est une TROUPE et non un assemblage de "^Principals" et de Solistes.


  Printer-friendly page | Top
Catherine

14-05-01, 10:45 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
10. "RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001"
In response to message #0
 
   LAST EDITED ON 14-05-01 AT 11:59 PM (GMT)

Dernière représentation du premier programme :
Constatation la troupe est riche en solistes et peut nous offrir encore de nombreux changements ce soir.
Dans Prism, le 1er mouvement était dansé par Tina LeBlanc. Malgré un certain lyrisme, elle manquait peut-être un peu de technique à moins que cela ne soit du à la pente. A ses côtés toujours aussi parfaits Nevguidine et Garcia. Les trois garçons sont toujours aussi bons, notamment M. Eaton. Dans le deuxième mouvement au lyrisme de Lacarra et Tan succédait une autre forme de mouvement, Muriel Maffre, aux côtés de Benjamin Pierce, partenaire attentif, ne l'interprète pas du tout de la même manière, elle semble plus balanchinienne et sa danse semble plus forte, ce pdd est absolument magnifique dans sa chorégraphie. Dans le 3e mvt, Ronan Rykine remplaçait Joan Boada plus qu'honnêtement.
Night voyait la prise de rôle à Paris de Vanessa Zahorian, son interprétation de la jeune femme est complètement différente de celle de Tina LeBlanc, elle semble moins fragile, et sa nuit est plus hanté de rêves que de cauchemars. Damian Smith remplace Benjamin Pierce, mais est moins imposant physiquement malgré lui aussi une présence certaine, ce qui doit accentuer ce côté rêve.
Chaconne pour un piano et deux danseurs nous permettait de revoir la distribution de la première à savoir Joanna Berman et Yuri Possokhov. Leur pdd est sublime, et il s'accorde fort bien entre eux.
Enfin dans Sandpaper ballet, Pierre-François Vilanoba remplaçait Benjamin Pierce et pour sa prise de rôle, était absolument parfait, sa démarche ondulante dans Syncopated Clock ou encore son solo montrait toutes les qualités de ce danseur que l'Opéra n'a pas su garder. Au style parfait de l'Opéra de Paris, il a su ajouter cette fameuse décontraction et nonchalance américaine. Les autres interprètes étaient principalement ceux de la première soirée. Le pdd sur Balladette était particulièrement magnifique ce soir entre Damian Smith (il est étonnant qu'il ne soit pas encore principal) et Julie Diana, qui est toujours aussi remarquable dans Night.
La troupe s'est taillé un beau succès sur cette soirée. A savoir maintenant ce que va être Othello. Enfin bref un programme varié, des interprètes de talent font de cette soirée une des meilleures soirées données à l'Opéra de Paris ces derniers temps.
Par contre je suis surprise du peu d'enthousiasme des balletomanes français devant cette magnifique troupe si diverse et riche.


  Printer-friendly page | Top
Maxime

15-05-01, 11:30 AM (GMT)
Click to EMail Maxime Click to send private message to Maxime Click to add this user to your buddy list  
11. "RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001"
In response to message #10
 
   Catherine
Pourquoi parlez-vous du peu d'enthousiasme des balletomanes francais ? Est-ce au niveau de la fréquentation ou plutôt de l'accueil réservé à la compagnie ?


  Printer-friendly page | Top
Catherine

15-05-01, 12:53 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
12. "RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001"
In response to message #11
 
   Je parle essentiellement de la fréquentation.
Ceci étant, des personnes de l'Opéra ont noté que beaucoup de spectateurs quittaient l'Opéra après Prism, ce qui semble quand même incompréhensible car tant au niveau de la musique, que de la chorégraphie, que des danseurs, cela semblait bien.
Thomasson a rendu hommage à Balanchine dans ce répertoire. Le concerto de Beethoven n'était pas massacré et vous savez ce que j'ai pensé des danseurs.
Il eut été à la limite plus compréhensible de partir après Night et Chaconne, même si pour moi ce sont deux oeuvres absolument superbes surtout Night.
L'accueil a été très mitigé le soir de la première pour Sandpaper ballet, par contre il avait été très chaleureux pour les trois premières oeuvres, par contre les deux autres soirées tous les ballets ont reçu un très bon accueil, applaudissements nourris, bravos nombreux notamment pour Night et Chaconne.
A chaque fois, les gros succès hormis Night et Chaconne ont été le 2e mvt de Prism, superbe adage lyrique à souhait avec des danseuses magnfiques que ce soit Lacarra, Tan ou Maffre, dans des styles différents.
J'ai été étonné de ne pas voir les habitués venir découvrir cette troupe et ne pas y retourner, surtout quand ils vont voir presque toutes les représentations donnés par l'Opéra. Cela frise quand même un manque de curiosité évident ou alors un chauvinisme absolu .


  Printer-friendly page | Top
Estelle

15-05-01, 03:12 PM (GMT)
Click to EMail Estelle Click to send private message to Estelle Click to add this user to your buddy list  
13. "RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001"
In response to message #12
 
   J'ai assiste au spectacle du dimanche 13 mai. Pour resumer rapidement,
j'ai bien apprecie la soiree, et la qualite des danseurs.
Je serais un peu moins enthousiaste que Catherine au sujet de "Prism": disons que je trouve ca plaisant (et pour moi largement plus agreable que certaines creations recentes a l'Opera comme "Yamm") mais
un petit peu fade, sans l'originalite qu'il peut y avoir chez Balanchine. Cela dit,
c'etait tres bien defendu par les danseurs. Je suppose que ce devait etre en quelque sorte une revanche pour P.F. Vilanoba de se retrouver en tant qu'etoile sur la scene de l'Opera! Tant pis pour l'Opera, et tant mieux pour le Ballet de San Francisco.
J'avoue avoir eu un peu de mal a apprecier Yuan Yuan Tan a cause de son extreme minceur (j'avais eu le meme probleme l'an dernier a Edimbourg avec Wendy Whelan du NYCB) mais je suppose que c'est une question d'habitude...

Dans "Night", j'ai bien aime la musique, qui a mon avis est un des elements essentiels du succes du ballet, car elle contribue fortement a creer une atmosphere.
Le cote "grahamien" des trois danseuses a chignon (ont-elles quelque chose a voir avec les Parques?) etait interessant, ainsi que la metaphore du "bateau".

"Chaconne" etait un de mes moments preferes de la soiree. Je regrette de ne pas y avoir vu Yuri Possokhov, apres avoir lu tout ce qu'en dit Catherine, mais j'ai trouve Roman Rykine tres bien, avec de beaux bras,
et Joanna Berman etait splendide de finesse et de musicalite. Quant a "Sandpaper Ballet", comme Catherine l'a ecrit,
le 13 il a ete tres applaudi. C'est un ballet que je regrette de ne pas avoir vu plusieurs fois, parce qu'il s'y passe beaucoup de choses... La musique etait peut-etre un peu trop "clownesque" parfois, mais en tous cas c'est un ballet extremement vif et enleve, et qui met en valeur les danseurs de la compagnie
(c'etait par exemple interessant de voir cote a cote Muriel Maffre et Tina LeBlanc, qui ont des silhouettes tres differentes mais beaucoup de talent toutes les deux).

Quant au public: ce n'etait pas plein a 100%, mais la salle etait quand meme relativement pleine... Et il faut prendre en compte le fait que le SFB n'est pas tres connu en France, et ne presentait pas d'oeuvres de choregraphes tres celebres.
Je regrette d'ailleurs de ne pas avoir pu voir la compagnie dans d'autres oeuvres de leur repertoire, par exemple "Symphony in C" qui n'a pas ete danse a Paris depuis un moment.


  Printer-friendly page | Top
Estelle

15-05-01, 03:12 PM (GMT)
Click to EMail Estelle Click to send private message to Estelle Click to add this user to your buddy list  
14. "RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001"
In response to message #12
 
   J'ai assiste au spectacle du dimanche 13 mai. Pour resumer rapidement,
j'ai bien apprecie la soiree, et la qualite des danseurs.
Je serais un peu moins enthousiaste que Catherine au sujet de "Prism": disons que je trouve ca plaisant (et pour moi largement plus agreable que certaines creations recentes a l'Opera comme "Yamm") mais
un petit peu fade, sans l'originalite qu'il peut y avoir chez Balanchine. Cela dit,
c'etait tres bien defendu par les danseurs. Je suppose que ce devait etre en quelque sorte une revanche pour P.F. Vilanoba de se retrouver en tant qu'etoile sur la scene de l'Opera! Tant pis pour l'Opera, et tant mieux pour le Ballet de San Francisco.
J'avoue avoir eu un peu de mal a apprecier Yuan Yuan Tan a cause de son extreme minceur (j'avais eu le meme probleme l'an dernier a Edimbourg avec Wendy Whelan du NYCB) mais je suppose que c'est une question d'habitude...

Dans "Night", j'ai bien aime la musique, qui a mon avis est un des elements essentiels du succes du ballet, car elle contribue fortement a creer une atmosphere.
Le cote "grahamien" des trois danseuses a chignon (ont-elles quelque chose a voir avec les Parques?) etait interessant, ainsi que la metaphore du "bateau".

"Chaconne" etait un de mes moments preferes de la soiree. Je regrette de ne pas y avoir vu Yuri Possokhov, apres avoir lu tout ce qu'en dit Catherine, mais j'ai trouve Roman Rykine tres bien, avec de beaux bras,
et Joanna Berman etait splendide de finesse et de musicalite. Quant a "Sandpaper Ballet", comme Catherine l'a ecrit,
le 13 il a ete tres applaudi. C'est un ballet que je regrette de ne pas avoir vu plusieurs fois, parce qu'il s'y passe beaucoup de choses... La musique etait peut-etre un peu trop "clownesque" parfois, mais en tous cas c'est un ballet extremement vif et enleve, et qui met en valeur les danseurs de la compagnie
(c'etait par exemple interessant de voir cote a cote Muriel Maffre et Tina LeBlanc, qui ont des silhouettes tres differentes mais beaucoup de talent toutes les deux).

Quant au public: ce n'etait pas plein a 100%, mais la salle etait quand meme relativement pleine... Et il faut prendre en compte le fait que le SFB n'est pas tres connu en France, et ne presentait pas d'oeuvres de choregraphes tres celebres.
Je regrette d'ailleurs de ne pas avoir pu voir la compagnie dans d'autres oeuvres de leur repertoire, par exemple "Symphony in C" qui n'a pas ete danse a Paris depuis un moment.


  Printer-friendly page | Top
Estelle

15-05-01, 03:18 PM (GMT)
Click to EMail Estelle Click to send private message to Estelle Click to add this user to your buddy list  
15. "RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001"
In response to message #14
 
   Excusez-moi pour ce message en double.

Je voudrais dire par ailleurs qu'il faudrait vraiment encourager
de tels "echanges" internationaux comme celui qui vient d'avoir lieu entre l'Opera de Paris et le SFB.
Ca permet aux publics des deux villes ou regions concernees de decouvrir d'autres compagnies et un autre repertoire, et je suppose que de telles tournees doivent etre motivantes pour les danseurs...
Et je suppose aussi que ce doit etre moins couteux pour les compagnies que d'organiser des tournees unilaterales, puisque les compagnies se pretent mutuellement leurs salles, que les spectacles sont compris dans les abonnements (ce qui assure un certain nombre de places vendues et une publicite dans les brochures), etc.
Bref, j'espere que d'autres echanges de ce type (avec le SFB ou d'autres compagnies) auront lieu dans l'avenir!
Il y a vraiment peu de compagnies classiques qui viennent a Paris (surtout quand on compare avec Londres), et ce serait bien d'en voir un peu plus.


  Printer-friendly page | Top
Catherine

15-05-01, 05:33 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
16. "RE: SFB à Paris - 1er programme 14 mai 2001"
In response to message #14
 
   >Je serais un peu moins enthousiaste que Catherine au sujet de
>"Prism".

Je n'ai jamais dit que Prism était une oeuvre majeure, j'ai été enthousiaste sur les danseurs que j'ai trouvé très bons dans l'ensemble . J'ai ajouté que c'était une oeuvre à la Mister B, ce que Thomasson ne renie pas.

Le SFB a l'originalité cette fois-ci de présenter deux programmes composés de chorégraphies purement américaines, jamais vues en Europe pour la plupart (sauf Sandpaper ballet, que j'aimerais voir au répertoire de l'Opéra de Paris).
Lors de leur première tournée à Paris, le SFB avait présenté le Lac des Cygnes et c'était au Théâtre des Champs Elysées avec notamment Karin Averty qui était étoile invitée à l'époque.
La seconde fois, il avait présenté un répertoire plus typiquement américain mais avec du Balanchine notamment Bugaku et Who Cares ?
Je trouve ces programmes bien plus audacieux et intéressants que de revoir des ballets que l'on connait déjà, même si cela fait longtemps qu'on ne les a pas vus. Cela permet en plus de découvrir des chorégraphes que l'on ne connait pas. Même si on ne voit pas autant de Balanchine qu'on le désirerait, on connait son style, et ses oeuvres alors que découvrir la création de Julia Adam ou les oeuvres de Mark Morris, chorégraphe mal aimé, me semble bien plus intéressant.

J'aurai aimé voir Magrittomania, la création de Possokhov en tant que chorégraphe ou Black cake, Garden.

Je suis complètement d'accord avec vous Estelle sur cette politique d'échange qui nous permettrait de voir plus souvent cette troupe avec un "minimum de frais".


  Printer-friendly page | Top

Conferences | Topics | Previous Topic | Next Topic

 
Questions or problems regarding this bulletin board should be directed to Bruce Marriott