HomeMagazineListingsUpdateLinksContexts

 


 Ballet.co Postings Pages

 Some Special Threads:
  GPDTalk about George Piper Dances ! NEW !
  NBTTalk about Northern Ballet Theatre
  SBTalk about Scottish Ballet
  ENBTalk about English National Ballet
  BRBTalk about Birmingham Royal Ballet
  TodaysLinks - worldwide daily dance links
  Ballet.co GetTogethers - meetings and drinks...

  Help on New Postings


Subject: "Nosferatu" Archived thread - Read only
 
  Previous Topic | Next Topic
Printer-friendly copy     Email this topic to a friend    
Conferences What's Happening Topic #1608
Reading Topic #1608
Catherine

02-05-01, 09:19 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
"Nosferatu"
 
   LAST EDITED ON 02-05-01 AT 10:24 PM (GMT)

Ce soir avait lieu la création mondiale de Nosferatu à l'Opéra Bastille. Commande à Gallotta pour 40 danseurs sur des musiques de Dusapin, il paraît très difficile de faire un commentaire critique de ce spectacle. Commençons par les décors, qui consistent en une immense scène incurvée en son milieu et surélevée, ce qui fait que tous les premiers rangs d'orchestre sont neutralisés. Une structure en bois et un immense cone de lumiere au dessus. A noter que cette sorte de courbe ne doit pas faciliter la danse du corps de ballet et des solistes.
Et l'intrigue, il est très difficile de résumer Nosferatu, il faut dire que l'argument n'est pas très lisible, si ce n'est le fait que Nosferatu entraine les gens à danser sur son passage, des duos, trios et ensembles se succèdent,se font, se défont.
Le premier tableau est essentiellement féminin avec le corps de ballet vêtu soit de jupettes, soit de pantalon, chemisier ouvert, ou brassiere, ou tee shirt. Le deuxième tableau lui au contraire est complètement masculin. Le troisième tableau consiste en un ensemble de duos pour les cinq personnages principaux un duo pour Isoart et Martinez, magnifique de même que le duo Osta Baey, suit un duo Gernez, Phavorin plus conventionnel. Tout le corps de ballet et les solistes se rejoignent à la fin dans une danse d'ensemble, à la fin tous semblent tomber comme "morts" sauf Nosferatu et une jeune femme incarnée par Juliette Gernez qui succède à Clairemarie Osta dernière à succomber à Nosferatu.
La technique, très classique dans sa facture, la chorégraphie fait penser à des moments de West Side Story, sans doute le côté pantalons et baskets et aussi à un ballet donné il y a longtemps par le GRCOP, Massacre sur MacDougal Street. Rien de bien neuf dans cette chorégraphie, mais le spectacle se laisse voir sans réel ennui si ce n'est le côté répétitif de la musique de Dusapin illustré de la même manière chorégraphiquement parlant. On peut remarquer dans le corps de ballet Francesco Vantaggio, Nicolas Paul, Vincent Cordier chez les hommes ou Mirentchu Battut, Myriam Kamionka, Nathalie Vandard chez les filles.
José Martinez lui campe un superbe Nosferatu aux gestes ondulants, se melant à la foule, ou tapi sur les côtés, il a un sens du mouvement contemporain extraordinaire de même que Gil Isoart et Stéphane Phavorin. Gil Isoart est magnifique dans les duos dansés ou pdd. A leurs côtés, Clairemarie Osta, Delphine Baey et Juliette Gernez campent les trois héroines féminines. Les liens entre les différents personnages sont difficiles à comprendre. A un moment Clairemarie Osta proche du suicide est sauvée par Nosferatu. Baey semble envoutée par Osta de même que Isoart et Martinez. Baey a d'ailleurs un look proche de celui de Nosferatu (Martinez, ayant une perruque aux cheveux longs). Est-elle l'émule féminine de celui-ci.
Enfin bref, un ballet très complexe au succès mitigé, sans doute du plus à l'incompréhension de l'intrigue qu'au talent des danseurs qui est immense. Combien de troupes sont capables de danser Paquita et un mois après une création aussi contemporaine ?
Quelques sifflets traditionnels ont retenti lorsque Gallotta a salué, mais sifflets sporadiques. La salle semblait attentive à ce qui se passait sur scène. Le Ballet de l'Opéra de Paris prouve encore l'immensité de ses talents et sa capacité à tout danser.


  Printer-friendly page | Top

  Subject     Author     Message Date     ID  
  RE: Nosferatu - POB Création mondiale Catherine 02-05-01 1
     Passeport Nosferatu Jean-Luc 03-05-01 2
         RE: Passeport Nosferatu Catherine 03-05-01 3
             RE: Passeport Nosferatu Caroline 03-05-01 4
                 RE: Passeport Nosferatu Catherine 03-05-01 5
                     Nosferatu Sarah 03-05-01 6
                         RE: Nosferatu Sarah 03-05-01 7
                             RE: Nosferatu Caroline 07-05-01 8
                             RE: Nosferatu Catherine 07-05-01 9
                             RE: Nosferatu Caroline 07-05-01 10
                             RE: Nosferatu Catherine 07-05-01 11

Conferences | Topics | Previous Topic | Next Topic
Catherine

02-05-01, 10:29 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
1. "RE: Nosferatu - POB Création mondiale"
In response to message #0
 
   LAST EDITED ON 02-05-01 AT 10:37 PM (GMT)

Les danseurs répètent les mêmes gestes en duos, trios et ensemble pour montrer la contamination. Cela est très frappant dans la troisième partie où après le premier pdd entre Martinez et Isoart, où une impression étrange se détache, Baey et Osta exécutent les mêmes gestes avant d'être repris et modifiés par Gernez et Phavorin.
On peut aussi penser à certains moments notamment dans la fameuse série des pdd du 3e tableau, à des relations "homosexuelles" puis "hétérosexuelles". Le climat instauré dans le premier pdd entre Martinez et Isoart est très dense et presque malsain, de même que le pdd qui suit entre Baey et Osta.
Ceci étant il y a de très beaux moments dans ce ballet.
Dans le programme, ceci étant il parle de fiancée, fiancé et autres personnages du roman de Stoker. Ballet narratif ou non, telle est la question ?


  Printer-friendly page | Top
Jean-Luc

03-05-01, 00:24 AM (GMT)
Click to EMail Jean-Luc Click to send private message to Jean-Luc Click to add this user to your buddy list  
2. "Passeport Nosferatu"
In response to message #1
 
   Juste une précision : le Passeport du mercredi 9 mai sur Muzzik sera consacré à Nosferatu, et non à l'Histoire de Manon comme cela était prévu. Je ne sais pas qui sont les danseurs. C'est bien évidemment JC Gallotta qui fait répéter.


  Printer-friendly page | Top
Catherine

03-05-01, 07:02 AM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
3. "RE: Passeport Nosferatu"
In response to message #2
 
   Cela me semble beaucoup plus logique, il y avait eu un passeport pour Nsoferatu avec Rousselière, Bance, et je crois Vantaggio.
Merci pour votre précision.


  Printer-friendly page | Top
Caroline

03-05-01, 10:25 AM (GMT)
Click to EMail Caroline Click to send private message to Caroline Click to add this user to your buddy list  
4. "RE: Passeport Nosferatu"
In response to message #3
 
   Je me suis personnellement profondémment ennuyée sauf à la partie des duos ( j'ai bien aimé celui Gernez-Phavorin) et au final où on semble percevoir un semblant dramatique intéressant. J'ai trouvé tout ça bien glauque et monotone, les danseurs de l'Opéra faisaient paumés même si ils sont une fois de plus très performants. Les seuls qui semblent vraiment dans leurs rôles sont Martinez et Gernez qui m'a beaucoup impressionnée à la fois de fragilité, de pudeur mais de force intérieure face à Nosferatu.Osta est très émouvante dans un rôle tout en douceur, aux côtés d'une Baey puissante. Phavorin et Isoart s'impliquaient également. Mirentchu Battut, Perracchi, Vandard, Meyzindi ont particulièrement retenu mon attention .
Je n'ai rien contre les ballets abstraits, mais l'ennui, c'est qu'ici il y avait ballet narratif, on sentait bien qu'une intrigue se déroulait ,mais vu qu'on ne comprennait rien on reste frustré. La lecture du "mode d'emploi-programme" ( avec son code de couleurs...) est inutile avant et c'est seulement après avoir vu le ballet que cette lecture est compréhensible ("ha, ça voulait dire ça à ce moment ? mais alors, ça explique ceci etc...) . Donc il faut sans doute retourner voir le ballet pour pouvoir véritablement saisir les intentions de Galotta, voire l'apprécier ? Ce qui m'a aussi gêné, mais sans que le ballet y soit pour quelque chose, c'est que presque tous les danseurs distribués formaient l'ensemble des danseurs laissés pour compte de la troupe à tort malheureusement pour la plupart . Je suis par contre très satisfaite que la biographie d' Osta figure dans le programme, on n'y attend plus que la mention: "le tel jour , dans tel ballet Clairemarie Osta est nommée étoile" ...


  Printer-friendly page | Top
Catherine

03-05-01, 01:13 PM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
5. "RE: Passeport Nosferatu"
In response to message #4
 
   En réalité Nosferatu fait penser à une version obscure des Variations d'Ulysse. En effet ce ballet se passe dans la quasi obscurité, un univers sombre glauque avec des costumes foncés, bruns, vert, bleus. Comme si cela se passait sous un pont peut-être le lien qui a fait pensé à West side story en plus notamment à la scène de la bagarre entre Jets et Sharks où les deux chefs sont tués. A contrario, dans les Variations d'Ulysse, le décor était un cyclorama bleu, les costumes étaient blancs et cela donnaient une impression ensoleillée évoquant la Grèce.


  Printer-friendly page | Top
Sarah

03-05-01, 04:07 PM (GMT)
Click to EMail Sarah Click to send private message to Sarah Click to add this user to your buddy list  
6. "Nosferatu"
In response to message #5
 
   >En réalité Nosferatu fait penser à
>une version obscure des Variations
>d'Ulysse

C'est ce que voulait Galotta, c'est dans cet esprit qu'il a crée Nosferatu, une sorte de héros "sombre" contrairement à Ulysse.

J'ai beaucoup aprécié les passages en silence, passages d'ensemble du corps de ballet où chacun exécute les mêmes pas tout en étant différent dans sa manière d'aborder cette "phrase initiale" lancée par Nosferatu. "Différences" accrues par les costumes, qui comme vous l'avez dit tiennent pour la plupart du "street-wear", leur donnant un look "techno-grunge" qui leur va bien (notamment Cordier avec des dredlocks !), les filles ont les cheveux lachés. Tous les danseurs (et euses) ont une très belle qualité de mouvement avec de beaux passages dans les duos (Phavorin et Isoart et leur attitudes planées sur "pointes" avec leur chaussures) et parfois des accélérations soudaines (Martinez).
Caroline, vous parlez d'un ballet narratif (en opposition aux ballets abstraits), et Marie parle d'"une chorégraphie abstraite, sans "histoire""... . C'est vrai qu'il n'y a pas d'"argument" clair dans le programme nous racontant ce qui se passe exactement et qui sont vraiment les personnages. On nous donne justes quelques indications par rapport au roman de Stoker, nous présentant par exemple le 3ème homme (Phavorin) comme pouvant être un "condensé" de certains personnages masculins du roman. Mais quelqu'un qui n'a pas vu le programme et qui n'a que la distribution sous les yeux ne lit "que" le nom des danseurs, par ordre d'entrée en scène, et non :
NOSFERATU-José Martinez, LA FIANCEE- Clairemarie Osta etc...
Il y a bien sûr cette trame avec Nosferatu qui rôde et cet envoûtement par la danse.
D'ailleurs, Catherine, vous écrivez : "Claiemarie Osta au bord du suicide" (et non "La Fiancée"), mais : "sauvée par Nosferatu".


  Printer-friendly page | Top
Sarah

03-05-01, 04:10 PM (GMT)
Click to EMail Sarah Click to send private message to Sarah Click to add this user to your buddy list  
7. "RE: Nosferatu"
In response to message #6
 
   http://fr.news.yahoo.com/010502/1/18vdd.html


  Printer-friendly page | Top
Caroline

07-05-01, 09:04 AM (GMT)
Click to EMail Caroline Click to send private message to Caroline Click to add this user to your buddy list  
8. "RE: Nosferatu"
In response to message #7
 
   Je suis passablement énervée de lire dans les journeaux que la création a été un succès . Certes des applaudissements, des bravos mais aussi des sifflets er surtout le fait qu'à peine le rideau tombé,toutes les manifestations du public se sont évanouies... Sirvin a pour une fois le courage de critiquer dans Le Figaro ce qu'il a vu en des termes très justes et honnêtes.


  Printer-friendly page | Top
Catherine

07-05-01, 09:51 AM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
9. "RE: Nosferatu"
In response to message #8
 
   La création n'a pas été un succès retentissant mais elle n'a pas non plus été un echec.
Vous n'avez jamais assisté à la création à l'Opéra de Fantasia Simplice de feu Dominique Bagouet, le ballet était donné en même temps que les Mirages et un autre ballet. Cela devait être en 1985. A peine le rideau tombé, des huées épouvantables se sont faites entendre, des sifflets à n'en plus finir, le rideau remontait, les danseurs se faisaient applaudir mais dès que le rideau recommencait à descendre les sifflets se faisaient à nouveau entendre, c'est vrai que c'était une création très contemporaine dont on n'avait pas vraiment l'habitude à l'Opéra. Ce style de ballets était plutôt donné dans le cadre du GRCOP que pour la compagnie entière, mais Noureev a voulu donné sa chance aux jeunes chorégraphes français de se faire juger par tout le public et non un public restreint d'amateurs de danse contemporaine.

Pour Nosferatu, j'ai entendu quelques sifflets je dirais de complaisance, parce que cela fait "bien" de siffler une création contemporaine, mis à part le Parc, toutes les dernières créations vraiment contemporaines se font toujours siffler.
Il se trouve toujours des fâcheux qui trouvent de bon ton de siffler la moindre création mais je pense que Nosferatu ne méritait ni le délire enthousiaste, qu'il n'a pas eu d'ailleurs, ni les sifflets qu'il a eus. L'oeuvre est difficile d'abords, car on ne comprend pas bien la trama mais le vocabulaire employé reste relativement classique, la musique est écoutable et cela ne mérite absolument pas d'être sifflé. Je n'ai pas été achetée par l'Opéra . Même si ce n'est pas le ballet que je courrais revoir et que je souhaite revoir tous les jours, il ne m'a pas déplu non plus, et je trouve toujours cela très détestable ces sifflets qui saluent une création mondiale pour le simple fait que c'est une création mondiale. Les danseurs semblent avoir défendu l'oeuvre du mieux qu'ils pouvaient et y ont certainement trouvé plus d'intérêt que dans les variations d'Ulysse.
Gallotta a d'ailleurs dit dans une interview sur Mezzo qu'ils les avaient faits travaillés en atelier, et qu'il les avait laissés s'exprimer en pdd, pas de trois, plutôt qu'en grand ensemble pour permettre à chacun d'apporter quelque chose.


  Printer-friendly page | Top
Caroline

07-05-01, 10:01 AM (GMT)
Click to EMail Caroline Click to send private message to Caroline Click to add this user to your buddy list  
10. "RE: Nosferatu"
In response to message #9
 
   Tout à fait d'accord pour les gens qui ne sifflent que pour siffler; mais il y a aussi des gens qui n' applaudissent que pour applaudir : la création aurait pû être 10 fois moins bonne il auraient de toutes façons applaudi. De toutes façons,je ne crois plus qu'il puisse y avoir des scandales comme au début du siècle.
Mais Nosferatu n'est pas un scandale bien-sûr; même si c'est loin d'être le chef d'oeuvre que la presse prétend.


  Printer-friendly page | Top
Catherine

07-05-01, 11:50 AM (GMT)
Click to EMail Catherine Click to send private message to Catherine Click to view user profileClick to add this user to your buddy list  
11. "RE: Nosferatu"
In response to message #10
 
   Ceci étant il n'y pas eu notamment le déchainement de bravos et d'applaudissements qu'il y aurait pu avoir dans une telle occasion. Je pense que le spectacle a été apprécié à sa juste valeur par le public, applaudissements polis, quelques bravos saluant la performance de Martinez ainsi que quelques inconditionnels de Gallotta, mais rien de scandaleux ni dans un sens, ni dans l'autre.


  Printer-friendly page | Top

Conferences | Topics | Previous Topic | Next Topic

 
Questions or problems regarding this bulletin board should be directed to Bruce Marriott